Blog about brouilleur d'onde téléphone

Rated: , 0 Comments
Total hits: 95
Posted on: 08/17/16

Dans les prisons françaises, les détenus ont des brouilleur d'onde d'alarme en cellule, et les modèles les plus récents leur permettent aussi de naviguer sur Internet. Mais Christiane Taubira veut se donner les moyens de les en empêcher.

Son ministère l’a réaffirmé en janvier : il n’est « pas question » d’autoriser l’usage des téléphones portables en prison, même avec des restrictions. Pour tenir cette ligne, contre l’avis du contrôleur général des prisons, il n’y a pas trente-six solutions mais deux :

soit faire la chasse aux téléphones pour trouver toutes les cachettes des détenus (et recommencer sans cesse, quitte à faire monter la tension) ;

soit brouiller les réseaux de téléphonie, wifi, 3G et 4G dans l’enceinte des établissements pénitentiaires, grâce à des machines qui envoient des ondes pour en neutraliser d’autres.

Comme l’annonce la ministre ce mardi, l’objectif est désormais de « généraliser le brouilleur de haute technologie » (dans toutes les prisons et dans l’intégralité de chacune) et « mieux contrôler les ordinateurs des détenus » pour « s’assurer qu’ils n’ont pas accès à Internet ».

Le problème, poursuit Christiane Taubira, c’est que « quand on brouille, on brouille tout », y compris les téléphones et ordinateurs du personnel pénitentiaire, « la vidéosurveillance », tout ce qui « permet à l’administration de faire son travail ».

brouilleur wifi android

La garde des Sceaux aurait pu ajouter que les brouilleurs sont capables de causer des « déclenchements d’alarmes intempestifs », comme l’écrivaient ses services en 2016.

La ministre soulignait « les limites de ces dispositifs », par ailleurs « très coûteux » :

« L’évolution rapide des technologies de communication peut rendre rapidement obsolètes certains matériels déjà en place » : le passage de lafabriquer brouilleur wifi 3G à la 4G, par exemple, est compliqué à appréhender ;

la difficulté de calibrer parfaitement la puissance de brouillage, pour qu’il ne coupe pas l’accès internet et téléphonique des riverains, ce qui serait non seulement gênant mais aussi illégal ;

il faut enfin tenir compte « des environnements extérieurs très différents selon les établissements » pour régler correctement ces engins.

D’autant que les brouilleur gps allume cigare ne seraient pas inoffensifs sur le plan sanitaire. Il existe des normes à respecter en la matière, et la prison n’a pas beaucoup de marge pour augmenter la puissance du matériel.

Les malfaiteurs achètent tout d’abord un boîtier « brouilleur de fréquences » qui se trouve assez facilement et pour une modique somme sur Internet. Cet objet, plutôt discret puisqu’il n’est généralement pas plus grand qu’un smartphone, désactive le verrouillage de votre voiture lorsque vous pensez l’avoir fait avec le boîtier électronique du véhicule. Les individus, qui attendent discrètement dans l’habitacle de leur voiture que vous soyez parti, peuvent ainsi s’introduire et subtiliser ce qui se trouve dans le véhicule. Aucune infraction ne sera constatée, ce qui n’est pas pour faciliter la tâche des victimes auprès des assureurs.

En continuant à être vigilant ! Une fois votre véhicule verrouillé avec votre boîtier, vérifiez que c’est bel et bien le cas en tenant d’ouvrir votre portière.
De plus, le vente brouilleur gsm désactive aussi les clignotants qui s’allument habituellement : veillez donc à leur bon fonctionnement au moment de verrouiller votre voiture. Soyez prudents !

Les détenus peuvent utiliser les cabines de téléphonie fixe, sous réserve notamment de l’utilisation limitative de numéros contrôlés, la conversation pouvant être écoutée par l’Administration pénitentiaire. Cependant, l’avis du 10 janvier 2014 rendu par Jean-Marie Delarue -alors Contrôleur général– a mis en exergue les difficultés majeures de l’utilisation des téléphones fixes en prison.

D’une part, la localisation des cabines téléphoniques ne permettent pas une confidentialité satisfaisante vis à vis des autres détenus et du personnel pénitentiaire. Le respect du droit à la vie privée, de même que de la confidentialité des échanges entre l’avocat et son client sont rendus ineffectifs par le positionnement des cabines, dans les cours de promenade ou dans les coursives de l’établissement, libres d’accès à de nombreuses oreilles. Le Conseil d’Etat a d’ailleurs confirmé, dans un arrêt du 23 juillet 2014[1], l’ordonnance du Juge des référés du Tribunal administratif de Rennes du 23 avril 2015 ayant enjoint à l’administration pénitentiaire de prendre des mesures pour garantir la confidentialité des appels brouilleur de portable passés par les détenus du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin avec leur avocat quelles qu’en soient les circonstances ou avec leur famille lorsqu’ils justifient du besoin de ne pas être écoutés. Or, l’ordonnance à l’origine de l’arrêt se fondait notamment sur l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme garantissant le respect de la vie privée et familiale et des correspondances.

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté Jean-Marie Delarue a eu un rôle d’impulsion quant à la réflexion sur l’autorisation du acheter brouilleur pour voiture en prison, celle-ci doit être menée à un niveau décisionnel effectif. Mais le Contrôleur général n’a qu’un pouvoir de recommandation.

Les buts de l’autorisation du téléphone portable en détention vont de pair avec la politique pénale. Un débat politique impliquant la Ministre de la Justice est donc nécessaire. Il donnera en outre la possibilité de sensibiliser davantage l’opinion publique sur les conditions de détention en France.

En outre, une autorisation encadrée des téléphones portables accroitrait l’efficacité de la surveillance en détention. Les 400 brouilleurs installés ces dernières années et les portiques de sécurité semblent inefficaces. L’imagination des détenus et de leurs complies est fertile pour faire passer frauduleusement des portables. Finalement, les surveillants passent beaucoup de temps à traquer les portables avec des résultats médiocres (900 téléphones portables / an saisis à la prison des Baumettes) bien que la sanction puisse être de plusieurs mois brouilleur d'onde téléphone supplémentaires de détention.

L’autorisation du téléphone portable en prison doit être entourée de garanties.

En effet, le bien-être des détenus ne doit pas faire oublier l’impératif de sécurité qui serait mis à mal par la possibilité d’enregistrer et de diffuser à grande échelle des images des établissements, du personnel, ou des autres détenus, de même que de communiquer et de recevoir des informations de manière difficilement contrôlable par le biais de forums ou sites Internet.

Lors de son interview, Adeline Hazan avait estimé que l’autorisation du téléphone portable en prison serait possible, sous réserve qu’une liste limitative de numéros joignables soit fixée pour chaque détenu. On pourrait alors imaginer que cette liste soit contrôlée par l’Administration pénitentiaire afin de contrecarrer les tentatives de déstabilisation des témoins ou de trafic, et susceptible de modifications brouilleur 2G 3G 4G en fonction des besoins justifiés du détenu.




>>

Comments
There are still no comments posted ...
Rate and post your comment

Login


Username:
Password:

forgotten password?